COMMUNAUTE FRATERNELLE

Ce ne sont pas des textes qui ont été choisis pour dire ce qu'est une communauté de moines ou moniales cisterciens.
Voyons les vivre dans le film, « Des hommes et des dieux ».
Certes, ce ne sont pas des moines qui sont là, devant nous, ce sont des acteurs, mais nous pouvons nous fier à ce que ressent le frère Jean-Pierre Schumacher, moine à Notre-Dame de l'Atlas, qui a échappé à l'enlèvement.
La présentation écrite ...! des images sera soulignée par quelques références à la règle de St Benoît : comme pour le Père Abbé, c'est un des textes de référence pour la vie des moines et moniales cisterciens.

Frère Christophe* raconte :

« Puis il y eut le service militaire... en Algérie. Je suis monté plusieurs fois à Notre-Dame de l'Atlas, et j'ai aimé cette communauté sans éclat, simple et très vraie : des hommes qui s'obstinent, humblement et paisiblement à témoigner que Dieu vaut la peine qu'on donne, ensemble, sa vie pour lui, pour le prier, l'adorer, accueillir les Béatitudes... et apprendre ainsi à aimer, à aimer jusqu'au bout du quotidien. J'ai donc choisi la vie à l'Atlas. »

(Cité dans « Aime jusqu'au bout du feu »*)

Après la projection du film, frère Jean-Pierre Schumacher écrit à Loïc Pichon qui l'interprétait :

Cher Loïc,
Je me demande comment, vous qui n'êtes pas des religieux, vous avez pu entrer dans la vie et l'âme des moines et les reproduire comme vous l'avez fait. C'est vraiment merveilleux : la relation familière avec les gens, le rôle du médecin, la vie fraternelle en communauté, et surtout le drame vécu ensemble avec le cheminement des uns et des autres sous la direction du supérieur et dans le travail intime de la grâce divine, vers l'unanimité pour le choix de rester.
Ce qui m'émerveille encore beaucoup, moi qui ai été longtemps animateur du chant et des offices divins, c'est la qualité « priante » que vous avez su donner dans votre comportement et votre manière de chanter à la chapelle. (...) Tout cela est remarquable de justesse.

(Cité dans « Secret des hommes, secret des dieux »*)

Les textes encadrés écrits en violet sont des extraits de la règle de St Benoît, version française de H. Rochais, éd. Desclée de Brouwe. Le premier chiffre indique le chapitre, le deuxième le verset.
Les images du film que j'aurais aimé pouvoir fixer sur cet écran...

« il s'y laisse percevoir beaucoup plus que ce peuvent saisir les sens » a écrit frère Jean-Pierre Schumacher.

Le monastère, les rues, les maisons du village,
leurs habitants... le travail au jardin,
les échanges avec les voisins,
la séance du thé: « Nous sommes comme des oiseaux sur la branche »
« Les oiseaux, c'est nous, si vous partez, nous n'avons plus de branche où nous poser »..

Lieu de vie des moines, au milieu d'un peuple. dans le partage, la confiance

C'est surtout en recevant des pauvres et des pèlerins qu'on montrera un soin tout particulier, car, en eux plus qu'en d'autres, c'est le Christ qu'on reçoit. (53,15)

Le travail des moines :
frère Amédée assiste frère Luc,
frère Christophe fait le jardin,
frère Michel est à la cuisine...

Un frère sonne la cloche...
Les offices communautaires à la chapelle...

Service, fidélité, abandon, humilité...
L'appel à la prière... cher aux frères musulmans..

L'oisiveté est ennemie de l'âme . C'est pourquoi, à certaines heures les frères doivent s'occuper au travail des mains, et à certaines autres à la lecture des choses divines. (48,1)

A l'heure de l'office divin, dès qu'on aura entendu le signal, on laissera tout ce qu'on avait en main et l'on accourra en toute hâte (43,1)

Rien ne passera avant le service de Dieu (43,3)

Les temps de prière personnelle : les moines sont ensemble, en silence, à la chapelle, frère Christophe vient le soir y prier, frère Christian part pour une journée de désert (le chant marque qu'il s'agit bien d'un temps de prière)...

Et là je ferais la part belle à une image unique, qui passe très vite au début du film : le scriptorium*, une image un peu sombre : les moines sont chacun assis à un petit bureau, devant un livre ouvert. C'est le moment de la « lectio divina »* :

la Parole de Dieu pour tous, dite au cœur, amoureusement, dans le secret, et toute écoute, toute réponse, unique, libre.

Ouvrons les yeux à la lumière divine. Ecoutons d'une oreille attentive la voix puissante de Dieu qui chaque jour nous presse en disant : Aujourd'hui, si vous entendez sa voix, n'endurcissez pas votre cœur. (Prologue 9-10)

La rencontre des frères après le passage des terroristes :

fragilités, questionnements, peurs de ces hommes...
leurs différences...
Pas de candidats au martyr !
Ceux que Dieu appelle ne sont pas différents des autres.

Les frères donneront leur avis en toute humilité et soumission et n'auront pas l'audace de défendre effrontément leur opinion. (3,4)

Les échanges communautaires ou personnels,
frère Christian avec frère Christophe, puis frère Luc, frère Paul...

confiance, écoute, volonté de cheminer ensemble, nécessaire appui trouvé en l'autre,
« accueillir chaque frère dans sa façon unique de vivre l'aujourd'hui » écrira frère Christophe.


Tous les gestes de tendresse :
frère Luc embrasse l'enfant, tout près de son mal ;
après le passage des terroristes, frère Luc soigne frère Célestin, tous sont là et se réconfortent par des gestes fraternels ;
à la fin de leur entretien frère Christophe et frère Christian s'embrassent ...

amour fraternel qui ouvre le chemin de l'expérience de l'amour de Dieu ;
l'amour, chemin de la non-violence.

Frère Luc soigne soigne les villageois ainsi que les terroristes
l'amour est universel ou il n'est pas ! « les frères de la plaine » pas sans les « frères de la montagne »

Les frères se préviendront d'égards les uns les autres, supporteront avec une extrême patience leurs infirmités physiques et morales
Nul ne cherchera ce qui utile à lui-même mais ce qui l'est à autrui.
Les frères se témoigneront un amour fraternel, ils aimeront leur abbé d'un amour humble et sincère. (72 4-10)
Les frères se serviront les uns les autres, mutuellement avec charité. (35 1)
Le soin des frères malades doit tout primer. On le servira vraiment comme le Christ qui a dit : « J'étais malade et vous m'avez visité ». (36 1-2)

Le dernier repas...

« Voici, je me tiens à la porte et je frappe ; si quelqu'un entend ma voix et ouvre la porte, j'entrerai chez lui pour souper, moi près de lui, lui près de moi. Le vainqueur, je lui donnerai de siéger avec moi sur mon trône, comme moi-même après ma victoire, j'ai siégé avec mon Père sur son trône» ». (Ap 4, 20-21)

Photos : groupe : a Tibhirine, Frère Célestin, Frère Christophe, frère Bruno entourés des voisins

tableau : Les sept frères autour de l'Eucharistie, tableau réalisé par Malel, offert à l'abbaye de Tamié

greniertitrecroix

Accueil       Présentation grenier - cisterciens       
   La pensée cistercienne :
Le message : l'amour, l'Incarnation, Marie, l'existence chrétienne
Le florilège : l'amitié,  le baiser, la joie, la miséricorde, la prière, le repos, le silence...
Un aujourd'hui de la vie cistercienne :
les evenements,       la lectio divina         La liturgie
L'histoire du monachisme
contact - liens - notes
Liste des textes cités