greniertitrecroix

Aujourd'hui, 1r janvier 2017, cinquantième journée mondiale de la Paix

Le Pape François, dans son message, nous invite tous à être des bâtisseurs de paix.

Jésus nous l'a promis : "Je vous donne ma paix" (Jean 14,27). Pour nourrir notre méditation, quelques propos d'un moine cistercien vivant aux Etats-Unis dans la deuxième moitié du 20ème siècle...

 

La paix dont on n'a jamais si souvent parlé, n'a jamais moins régné dans le monde. Ce qu'a dit, des hommes de son temps, le prophète Jérémie s'applique avec encore plus de vérité à ceux du nôtre : ils ont déclaré "paix, paix", et il n'y a pas de paix.

Nous nous recommandons, les uns aux autres, des remèdes qui nous donneront la paix de l'esprit, et nous demeurons dévorés d'anxiété. Nous élaborons des projets de désarmement, d'entente entre les nations, et ils ne font que changer le  genre et les méthodes d'agression. Les riches ont tout sauf le bonheur, et les pauvres sont sacrifiés au malheur des riches. Les dictatures emploient leurs polices secrètes à écraser des millions d'hommes sous un intolérable fardeau de mensonges, d'injustice, et de tyrannie, et ceux qui vivent encore en démocratie oublient de faire bon usage de leur liberté. Car la liberté est une chose de l'esprit, et nous ne savons plus vivre que pour nos corps. Comment pourrons-nous trouver la paix, la vraie paix, si nous oublions que nous ne sommes pas des machines à gagner et dépenser de l'argent, mais des êtres spirituels, enfants du Très-Haut ?

La paix existe en ce monde. Où peut-on la trouver ? Dans les cœurs des hommes et des femmes qui sont sages parce qu'ils sont humbles pour garder la paix au sein de l'angoisse, pour accepter les luttes, l'insécurité et les surmonter par l'amour, parce qu'ils comprennent ce qu'ils sont, et possèdent, par conséquent, la liberté qui est leur véritable héritage. Ceux-là sont les enfants de Dieu. Nous les connaissons tous. Nous ne sommes pas obligés, pour les trouver, d'aller dans les monastères. Ils sont partout. Peut-être ne passent-ils pas leur temps à parler de paix, de Dieu, ou de Notre-Seigneur Jésus-Christ ; mais ils connaissent la paix, et ils connaissent Dieu, et ils ont trouvé le Christ au milieu des combats. Ils ont abandonné leurs esprits et leurs volontés à l'appel de Dieu et, en Lui, ont trouvé la réalité.

Le monde ne peut donner la paix. Par son essence même, le monde c'est la lutte, les conflits, les divisions, les dissensions. Pour que la paix règne dans le monde, les hommes doivent renoncer à leur égoïsme ; et nous ne pouvons pas être en paix avec les autres si nous ne le sommes pas avec nous-mêmes. Mais nous ne pouvons l'être avec  nous-mêmes si nous ne sommes pas capables des sacrifices qu'exige la paix. Car l'esprit de paix ne vient dans nos cœurs que si nous voulons renoncer à notre moi mesquin et trouver notre moi véritable au-delà de nous-mêmes, dans les autres, et surtout dans le Christ.

Jésus lui-même nous donne-t-il la solution, lorsqu'il vient nous apporter une « paix que le monde ne peut donner » ? Quelle est cette paix ? Ce n'est ni un tour de force psychologique, ni l'effet de quelques slogans intelligents, ni une méthode de maîtrise de soi. La paix qu'apporte le Christ n'est ni une chose, ni une pratique, ni une technique : c'est Dieu lui-même, en nous, c'est le Saint-Esprit.

« Que tous soient un ». Le Christ ne se contente pas d'unir à lui ceux qu'il a choisis et aimés, il en fait des ambassadeurs de son amour et de sa paix, des médiateurs qui doivent porter à tous les hommes son message de salut et d'union. Aussi tous les chrétiens doivent-ils avant tout répandre la paix, la posséder dans leur cœur, et s'abandonner entièrement à l'Esprit de paix. Alors ils le serviront comme il le désire et iront partout où il les enverra. Ils l'aideront à rassembler les moutons dispersés par les orages de ce monde, pour qu'à la fin il n'y ait plus qu'un seul troupeau et un seul pasteur.

Thomas Merton, moine à l'abbaye cistercienne de Gethsemani aux Etats-Unis dans "La paix monastique" publié en 1961.

Accueil       

Présentation grenier - cisterciens    -   

contact

   
La pensée cistercienne :

Le message : l'amour, l'Incarnation, Marie, l'existence chrétienne
Le florilège : l'amitié,  le baiser, la joie, la miséricorde, la prière, le repos, le silence, la tradition

Un aujourd'hui de la vie cistercienne

La liturgie

L'histoire du monachisme

Liste
des extraits des écrits