greniertitrecroix

LES  GESTES  QUI  PEUVENT SAUVER  LA  PAIX

Depuis quelques années, la municipalité de notre village nous demande d'assurer un temps de prière, de réflexion, à l'église, le jour de la commémoration du 11 novembre, avant la célébration au monument aux morts.
« Plus jamais la guerre » Cette année, c'est avec les frères de Tibhirine (vingtième anniversaire de leur martyre) que nous avons réfléchi et prié à partir des gestes qui peuvent construire la paix.

INTRODUCTION
Faire mémoire, en reconnaissance du passé, pour honorer ceux qui ont fait l'histoire, qui ont donné leur vie, pour ceux qui ont œuvré pour le bien de tous, pour nous laisser toucher par toutes les souffrances, nous laisser interroger par des événements…
Faire mémoire pour être mieux à même de choisir notre route vers l'à-venir… C'est avec ceux qu'on appelle « les moines de Tibhirine » que nous le faisons maintenant
.

CHANT : MENDIANTS D'ESPERANCE (A 39-69)
Refrain Mendiants d'espérance, nous voici devant toi :
Peuple façonné à ton image !
Mendiants d'avenir, nous voici devant toi :
Peuple rassemblé pour le partage !
  1- Redis-nous les mots qui pardonnent, Dieu fait chair dans notre vie !

 

1. DES CHOIX DE VIE : Une vie simple et fraternelle
Présentation : En 1938, des moines sont venus s'installer dans la région de Medea, en Algérie. Comme autrefois au Moyen-Age, comme ceux qui étaient venus s'établir au Nanoir, c'est la même démarche ! Ces hommes cherchent à vivre proches de Dieu, menant une vie simple, trouvant leur subsistance par le travail de leurs mains. Fruits de la terre indispensables… Ceux qui connaissent l'exode en sont privés… secourus cependant par des gestes de la solidarité, notre village y participe. Les moines ont vécu la fraternité. Au départ, le monastère était une propriété isolée. Peu à peu il a été entouré d'un village qui s'est bâti par des paysans venus d'ailleurs, jusqu'en ce lieu de paix et de partage. « C'est ici qu'on est bien. » disait une femme, Fraternité heureuse comme avec les étrangers que nous recevons : « Ils avaient les mains nues, mais le cœur ouvert, prêts à accueillir et à donner. » Quelques années après la mort des moines de Tibhirine il a été demandé au Père Jean-Marie Lassausse, de gérer le domaine. Il est à la fois prêtre et ingénieur agronome. Voici comment il témoigne de cette vie simple et fraternelle.

Témoignage : Les moines avaient choisi une vie simple, ils cultivaient la terre. Ils ont ainsi contribué à améliorer les conditions de vie des voisins avec lesquels ils partageaient le travail… et les récoltes… Comme leurs « aînés », au moyen-âge, ils n'avaient pas eu peur de prendre une place qui n'est pas brillante dans les mentalités. Traditionnellement en Algérie, le travail de la terre est en effet celui des esclaves, venus du sud. Dans ce pays où l'agriculture est à la traîne, il est bon que des gens s'y intéressent de plus près et montrent qu'il est possible d'en vivre. Conscients des besoins des villageois, les moines sont allés plus loin, ils ont partagé les terres mais encore ils leur ont remis un espace dans un bâtiment pour en faire leur mosquée qui devenait école coranique le jour où les enfants pouvaient la fréquenter ; ils ont partagé les jours de fête, le rite du thé… ils ont appris la langue, autant qu'ils le pouvaient… La présence de Frère Luc, médecin, a été d'un grand secours pour cette population traumatisée par les événements, elle a été un signe fort du respect de l'autre, lui qui soignait chacun sans se préoccuper de la religion ou de la place dans la société.

Première épître de saint Paul aux Corinthiens, 13, 1-3. 7-8
J'aurais beau parler toutes les langues des hommes et des anges, si je n'ai pas la charité, s'il me manque l'amour, je ne suis qu'un cuivre qui résonne, une cymbale retentissante. J'aurais beau être prophète, avoir toute la science des mystères et toute la connaissance de Dieu, j'aurais beau avoir toute la foi jusqu'à transporter les montagnes, s'il me manque l'amour, je ne suis rien. J'aurais beau distribuer toute ma fortune aux affamés, j'aurais beau me faire brûler vif, s'il me manque l'amour, cela ne me sert à rien. L'amour supporte tout, il fait confiance en tout, il espère tout, il endure tout. L'amour ne passera jamais.

Nous aujourd'hui nous entendons le message : « Un souffle de vie qui ne s'occupe pas de nos frontières et qui raconte comment dans le dédale de nos existences bousculées, dans l'imbroglio bouleversant de la vie du monde, notre joie secrète sera toujours d'établir la fraternité. »
Prière ensemble : Notre Dieu fidèle, source de vie éternelle, donne-nous chaque jour la force de ton amour, pour repousser à notre tour, la faim qui nous entoure. Notre Dieu fidèle, source de vie éternelle, apprends-nous l'ouverture d'une réelle tolérance ainsi que le sens du véritable pardon.

 

CHANT : VOUS QUI CHERCHEZ DIEU (D 287)
1. Vous qui cherchez Dieu Vous le trouverez     3. Vous qui cherchez Dieu Vous le trouverez
Dans l'éclat joyeux D'un soleil levant                    Au milieu du jour, Et du quotidien
Caché dans les yeux Des petits enfants                Au fil de vos liens Où grandit l'amour
Vous le trouverez                                               Vous le trouverez
       Refrain : Quelle joie pour les cœurs Qui cherchent Dieu !


2. FACE A LA VIOLENCE    A. Le drame
Présentation : Après l'indépendance de l'Algérie, au mois de décembre 1991 a eu lieu le premier tour des premières élections législatives libres. Elles s'annoncent favorables au Front Islamique du Salut. Coup d'état, les assemblées du front islamique sont dissoutes, ses chefs exilés, emprisonnés… Ceux qui échappent prennent le maquis, cherchent à conquérir le pouvoir pour établir l'Etat islamique. Le 1r décembre 1993 ils ordonnent à tous les étrangers de quitter le pays. Rester, c'est être menacé de mort. La violence qui pesait sur toute la région, la communauté des moines en était envahie, assombrie. Qu'apporter pour atténuer la violence, se solidariser avec les gens du village et avec l'Eglise ? Ne rester lier ni à un camp ni à un autre pour rester frère de tous. La nuit de Noël un groupe d'islamistes armés entre au monastère, ils demandent à emmener le médecin, ils demandent des médicaments, de l'argent… A toutes ces demandes que le responsable frère Christian ressent comme une exigence de collaboration, il répond par la négative. Les pouvoirs publics pressent les moines de regagner la France. La nuit du 25 au 26 mars 1996 sept moines ont été enlevés. Le 23 mai le GIA annonçait que les moines avaient été exécutés le 21. Hommes de paix victimes de la haine… comme le Père Hamel il y a quelques mois à Rouen…

Témoignage d'Antoine Leiris : sa femme, Hélène Muyal-Leiris, a été assassinée au Bataclan le 13 novembre 2015. "Vous n'aurez pas ma haine" Vendredi soir vous avez volé la vie d'un être d'exception, l'amour de ma vie, la mère de mon fils mais vous n'aurez pas ma haine. Je ne sais pas qui vous êtes et je ne veux pas le savoir, vous êtes des âmes mortes. Si ce Dieu pour lequel vous tuez aveuglément nous a fait à son image, chaque balle dans le corps de ma femme aura été une blessure dans son cœur. Alors non je ne vous ferai pas ce cadeau de vous haïr. Vous l'avez bien cherché pourtant mais répondre à la haine par la colère ce serait céder à la même ignorance qui a fait de vous ce que vous êtes. Vous voulez que j'aie peur, que je regarde mes concitoyens avec un œil méfiant, que je sacrifie ma liberté pour la sécurité. Perdu. Bien sûr je suis dévasté par le chagrin, je vous concède cette petite victoire, mais elle sera de courte durée. Je sais qu'elle nous accompagnera chaque jour et que nous nous retrouverons dans ce paradis des âmes libres auquel vous n'aurez jamais accès. Vous n'aurez pas ma haine

Evangile de saint Matthieu (discours de Jésus) 5, 38-39. 43-45
Vous avez appris qu'il a été dit : Œil pour œil, et dent pour dent. Eh bien ! moi, je vous dis de ne pas riposter au méchant Vous avez appris qu'il a été dit : Tu aimeras ton prochain et tu haïras ton ennemi. Eh bien ! moi, je vous dis : Aimez vos ennemis, et priez pour ceux qui vous persécutent, afin d'être vraiment les fils de votre Père qui est aux cieux ; car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, il fait tomber la pluie sur les justes et sur les injustes.

Nous aujourd'hui nous entendons le message : « Car Tibhirine, ce nom de rien devenu immense, raconte une chose simple à laquelle le tragique destin va donner plus de lumière encore : la fraternité existe ; l'amitié est possible et elle se renforce dans le respect de la différence ».
Prière ensemble : Notre Dieu fidèle, source de vie éternelle, ne nous laisse pas tentés par les fruits du malin que sont l'égoïsme, la peur d'autrui ou l'indifférence, mais conduis nous sur le chemin du lâcher prise et de la confiance.


CHANT : DOUCEMENT COMME UN ENFANT (P 187)
Doucement je marche mon chemin
Comme un enfant Seigneur je me sens bien auprès de toi.
1. Tout contre toi, je n'ai pas le cœur fier
Tout contre toi, je prends les mots de tous les jours
2. Mets ton espoir, Israël, dans le Seigneur,
Mets ton espoir sur lui, toujours et à jamais


B. Le choix de l'Amour
Présentation : Les moines n'ont pas pu partir : « Les moines ils nous aimaient » Ils ont choisi de rester, choix libre, communautaire, sans cesse prié, partagé, réfléchi… C'était impensable de dire : parce que la situation est devenue dramatique, le temps du drame et de la souffrance est venu, on s'excuse, mais on s'en va…

Témoignages Les moines de Notre-Dame de l'Atlas avaient fait alliance avec l'Algérie. Ils avaient choisi l'enfouissement de l'amour quotidien, de la prière vigilante et du don total de soi. Alors, oui, leur existence est un appel. Car leurs corps martyrisés dessinent en lettres de sang la seule perspective qui donne un avenir à l'humanité : celle d'une société qui se construit pas à pas, jour après jour, dans le respect mutuel, la recherche de fraternité, la volonté de paix et la pratique du pardon. Aujourd'hui à Tibhirine, il n'y a plus de communauté de moines mais : « Il n'y a pas de jours sans que soit évoqué « le temps des moines », leur manière de faire, la haute estime de la population, des visiteurs, des ouvriers et des familiers du monastère. » « Aujourd'hui encore des personnes montent au monastère. Elles viennent se ressourcer, chercher quelque chose, cueillir une odeur, un parfum que ni le temps ni la tragédie n'ont pu suspendre »

Evangile de Jean 15, 9. 11. 13-14. 16-18
Comme le Père m'a aimé, moi aussi je vous ai aimés. Demeurez dans mon amour. Je vous ai dit cela pour que ma joie soit en vous, et que votre joie soit parfaite. Il n'y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu'on aime. Vous êtes mes amis si vous faites ce que je vous commande. Ce n'est pas vous qui m'avez choisi, c'est moi qui vous ai choisis et établis, afin que vous alliez, que vous portiez du fruit, et que votre fruit demeure Voici ce que je vous commande : c'est de vous aimer les uns les autres. Si le monde a de la haine contre vous, sachez qu'il en a eu d'abord contre moi.

Nous aujourd'hui, nous entendons le message : « Allons-nous relever nous aussi sur nos chemins d'hommes et de femmes, le défi de l'amour sincère et désarmé ? »
Prière ensemble : Notre Dieu fidèle, source de vie éternelle, que tes œuvres soient proclamées dans la splendeur de l'univers, comme dans toute l'histoire de l'humanité et dans nos actes les plus éphémères.

CHANT : IL SUFFIT D'UNE LARME
Refrain : Il suffit d'une larme pour que pleure le monde
D'une seule chanson pour le faire danser,
D'une main dans ma main pour commencer la ronde
Et si nous sommes deux, pourquoi pas des milliers ?
1. Viens, ouvre ta porte, sors du fond de toi !
Viens, ce que tu portes peut donner la joie !
2. Viens, c'est l'aventure, pars pour son pays
Viens, sa voix est sûre, viens risquer un « oui » !
3. Viens, puisqu'il t'appelle et n'aies donc plus peur
Viens, cette nouvelle peut brûler les cœurs !
4. Viens, poursuis l'histoire du livre d'Amour !
Viens, cette nuit noire peut devenir jour.


Les témoignages qui concernent les moines sont tirés du livre : TIBHIRINE L'HERITAGE - Bayard éditions, sous la direction de Christophe Henning

Accueil       

Présentation grenier - cisterciens       
   
La pensée cistercienne :

Le message : l'amour, l'Incarnation, Marie, l'existence chrétienne
Le florilège : l'amitié,  le baiser, la joie, la miséricorde, la prière, le repos, le silence...

Un aujourd'hui de la vie cistercienne :
les evenements,
la lectio divina 
La liturgie

L'histoire du monachisme

contact - liens - notes

Liste des textes cités