greniertitrecroix

Un ami du grenier cistercien communique

TAPISSERIE

Hommage aux sept frères de Tibhirine

En  mars  1996, sept  moines sont enlevés et assassinés dans l'atlas algérien. Ces moines trappistes sont des hommes qui ont consacré leur vie au Seigneur et qui, en communauté, vivent dans la pauvreté, partagent leur temps entre la prière et le travail, selon la règle de saint Benoît.  
Les moines de Tibhirine savaient que leur vie était menacée. Ils ont pourtant choisi de rester au milieu de leurs frères musulmans, d'être un lieu de prière, d'accueil et d'amitié dans cette région marquée par beaucoup de violence. Depuis cet événement, des milliers de croyants, chrétiens et musulmans manifestent par leur prière partagée que leur mort n'est pas une fin, mais le début d'une autre vie. " Célestin  est aujourd'hui en mission "  souligne la sœur d'un frère  décédé, " il est vivant en Christ ".               

    Malel est un jeune peintre, père de famille, il a été bouleversé, comme tant d'hommes et de femmes par cet événement. Dans l'Abbaye Notre-Dame de Tamié en Savoie où vivent d'autres moines trappistes, il s'est recueilli de longues heures, il  a  partagé leur peine, leur prière et leur espérance.  Il a peint un tableau  intitulé : " Hommage aux sept moines de Tibhirine " qui a trouvé sa place dans le cloître de cette Abbaye.            
     Cette oeuvre est devenue en quelque sorte un " tableau-icône " dit le frère Didier de Tamié, ami intime du frère Christophe, moine à Tibhirine, offerte à la prière et qui nous conduit au plus profond de notre  espérance. 
     De ce tableau-icône  a été tirée une carte, dont plus de 20 000 exemplaires ont déjà été vendus.               
     Aujourd'hui une tapisserie est créée avec l'atelier de tapisserie A3 à Paris, à partir de ce tableau-icône.



malel



Cette tapisserie s'épanouit comme une fleur. De son coeur surgit la Vie. Au centre, un ostensoir, comme celui  devant lequel  les moines se réunissent, montre l'hostie, le corps véritable de Jésus-Christ. On y trouve à la fois le blanc de la transfiguration, et des couleurs ocrée et jaune ou rose pour évoquer la tendresse de Jésus. De cette hostie  partent les quatre  branches de la croix. 
      La mort des moines n'est pas un suicide ou un acte d'orgueil. Leur vie donnée s'enracine dans le don du Christ devenu nourriture pour les hommes. Des rayons sortent de ce coeur. La Vie, la Résurrection jaillit. Toute la  tapisserie est envahie de cette lumière. Le blanc et le jaune manifestent l'enthousiasme qui naît du Christ et qui va jusqu'aux confins du désert de couleur brune.                
      Les silhouettes des sept moines sont présentes autour de l'eucharistie.  Couleur du sang du martyr, les frères sont droits, rouges, ensemble autour de Jésus. Les frères n'entourent pas seulement le Christ, ils sont déjà en Lui, vivants de sa vie. " Les pétales continuent à éclore " dit encore frère Didier de Tamié, insistant sur cette vie qui se développe toujours. Les bruns et les jaunes sont également la couleur du désert et du sable. Ces couleurs veulent aussi évoquer pour Malel un autre moine assassiné dans ce désert en 1916, Charles de Foucauld, petite étincelle qui voulait rester présente pour Jésus dans la nuit des déserts, toujours allumée pour lui.                  
      Il y a peut-être le rouge-sang du martyr, mais la Résurrection est clairement déjà évoquée dans cette tapisserie, explosant de lumière.   

" Si nous nous taisons, les pierres hurleront "
écrivent les frères le 22 janvier 1994.

Cette tapisserie  de  Malel  montre  que  déjà  la  mort  est  dépassée.

 

Accueil       

Présentation grenier - cisterciens    -   

contact

   
La pensée cistercienne :

Le message : l'amour, l'Incarnation, Marie, l'existence chrétienne
Le florilège : l'amitié,  le baiser, la joie, la miséricorde, la prière, le repos, le silence, la tradition

Un aujourd'hui de la vie cistercienne

La liturgie

L'histoire du monachisme

Liste
des extraits des écrits