greniertitrecroix

Carême 2017 :  Vivre dans la tentation !

                 C'est seulement sur notre faiblesse que vient se greffer la grâce
Isaïe 25, 1-5

1 Seigneur, tu es mon Dieu, je t'exalte, je rends grâce à ton nom, car tu as accompli projets et merveilles, sûrs et stables depuis longtemps.
2 Tu as changé la ville en tas de pierres, la cité fortifiée, en champ de ruines ; la citadelle des étrangers n'est plus une ville, jamais elle ne sera rebâtie :
3 voilà pourquoi un peuple fort reconnaît ta gloire, les cités des nations tyranniques te craignent.
4 Tu es devenu forteresse pour le faible, forteresse pour le malheureux en sa détresse, un abri contre l'orage, une ombre contre la chaleur : le souffle des tyrans n'est que pluie d'orage sur un mur.
5 Comme une chaleur étouffante sur la terre desséchée, tu étouffes le vacarme des étrangers ; comme faiblit la chaleur à l'ombre d'un nuage, ainsi faiblit le chant de victoire des tyrans.

1 Découverte du texte
Un priant s'adresse à Dieu.
Tout d'abord il affirme : Seigneur, tu es mon Dieu. A celui auquel il s'adresse il reconnaît l'être divin... ??? puissance, présence... celui que l'on « craint »...
L'attitude de ce priant : la reconnaissance, exaltation et action de grâce...
Il va énumérer les actions de Dieu.
Tout d'abord il les qualifie de projets et merveilles. Et ces merveilles sont la destruction ! Une ville devient un tas de pierres, une cité fortifiée un champ de ruines.
Oppositions : il n'y a plus de ville fortifiée, et Dieu est la forteresse pour le pauvre, abri contre l'orage, ombre contre la chaleur...
Dieu a réduit des constructions, mais aussi la force des hommes : le vacarme des étrangers, la victoire des tyrans.

2. Méditation
Ce texte présente l'opposition entre la force qui ne tient pas en face de Dieu et le secours que celui-ci apporte au pauvre. Secours bienfaisant : être à l'abri de ce qui détruit, écrase, orage et chaleur. Les tyrans, les étrangers, ceux qui dominent, sont étouffés par Dieu.
Le mal toujours présent dans nos vies, dans ma vie, la tentation toujours maligne et efficace, ces tyrans qui font tout pour nous écraser...
Dieu peut en venir à bout, faire faiblir leur chant, étouffer leur vacarme... Mais la forteresse qu'il offre est pour le faible, le pauvre, le malheureux qui se sait en détresse... Il faut que je laisse tomber toutes mes assurances, que soient réduits en poussière mes projets, mes bonnes intentions, tout ce derrière quoi je m'abrite, tout ce qui est ma force... devenir celui qui n'a pas peur d'être faible car il va compter sur Dieu, devenir celui qui se reconnaît indigent parce que va pouvoir le combler.

3. Prière, psaume 85
1 Écoute, Seigneur, réponds-moi, car je suis pauvre et malheureux.
5 Toi qui es bon et qui pardonnes, plein d'amour pour tous ceux qui t'appellent,
6 écoute ma prière, Seigneur, entends ma voix qui te supplie.
7 Je t'appelle au jour de ma détresse, et toi, Seigneur, tu me réponds.
11 Montre-moi ton chemin, Seigneur, que je marche suivant ta vérité ; unifie mon coeur pour qu'il craigne ton nom.
12 Je te rends grâce de tout mon coeur, Seigneur mon Dieu, toujours je rendrai gloire à ton nom  ;
17 Accomplis un signe en ma faveur ; alors mes ennemis, humiliés, verront que toi, Seigneur, tu m'aides et me consoles.

Accueil       

Présentation grenier - cisterciens       
   
La pensée cistercienne :

Le message : l'amour, l'Incarnation, Marie, l'existence chrétienne
Le florilège : l'amitié,  le baiser, la joie, la miséricorde, la prière, le repos, le silence...

Un aujourd'hui de la vie cistercienne :
les evenements,
la lectio divina 
La liturgie

L'histoire du monachisme

contact - liens - notes

Liste des textes cités