greniertitrecroix

Pour retrouver le sens de la lectio et quelques suggestions : la lectio divina.

En son humanité

Lectio à partir d'une oraison méditative de Guillaume de Saint-Thierry,

Tu as ouvert la porte dans le ciel lorsque ta grâce apparut à tous les hommes pour nous instruire, lorsqu'apparut ta bénignité et humanité pour opérer notre salut, non pas en vertu des œuvres de justice que nous aurions faites, nous, mais par l'effet de ta miséricorde. Alors le ciel étant ouvert, tout bien, toute gloire, toute suavité céleste s'est déversée sur la terre. Alors, la grandeur en toi de ta bonté à notre égard, ô Dieu qui n'a pas épargné ton propre Fils, mais pour nous tous l'a livré, s'est publiquement fait connaître à tous, quand tu as rendu notoire au monde le salut qui vient de toi, et quand tu as révélé à la face des nations ta justice, celle que tu as rendue pour nous dans le sang de ton unique, et quand lui-même a dévoué à l'œuvre de notre salut, envers toi la chaste obéissance de la charité, et envers nous la charité de cette obéissance.
Alors en effet tu as béni notre terre, et depuis lors elle s'est mise à donner son fruit. Depuis lors, vers ton ciel est frayée la voie publique, foulée par les pas des apôtres, et des martyrs, et de tous les saints, qui ont reçu de toi l'exemple et la grâce de la charité, qui t'ont chéri jusqu'au mépris de soi, et pour toi n'ont pas tremblé de donner leur vie.

Oraisons méditatives, Guillaume de saint Thierry, 6, 18-19.

Je prends le temps de me mettre en présence de Dieu, la respiration m'y aide... j'inspire : Tu donnes la vie... j'expire, je m'en remets à Toi...

J'invoque l'Esprit-Saint : Esprit d'Amour, don du Père à Jésus, don de Jésus au Père, viens ouvrir mon cœur, tout mon être, à cet Amour dont la joie est de se donner. Que j'offre au Seigneur la joie de l'accueillir...

1. Découverte du texte

J'ai remarqué une abondance de noms. Je les relève : la grâce, la bénignité et humanité, le salut (3 fois), la justice (2 fois) la miséricorde, la gloire, la suavité, la grandeur, la bonté, l'obéissance, la charité (2 fois). Bénignité, je vérifie : douceur, bonté... La grandeur s'applique à la bonté... Bénignité, bonté, charité : tout cela fait du bien... La grâce, c'est un don, gratuit. La gloire et la grandeur, cela nous dépasse... La suavité, cela a bon goût et ravit notre palais ! La justice : elle « ordonne » tout. La miséricorde dont le regard est compassion...
Et les verbes : tu as ouvert, ... sont apparu... déversé, livré, fait connaître, rendu notoire, révélé, rendre la justice, tu as béni, donner... Tous évoquent le don...
A qui cela s'adresse-t-il ? à tous les hommes, sur la terre, pour nous tous, au monde, à la face des nations... Universalité du salut... « Sans oublier personne » dirait frère Christophe...

Le texte s'adresse à Dieu : tu as ouvert une porte dans le ciel. Et toute la suite exprime ce qui se passe pour nous lorsque à partir de cette porte ouverte, Dieu répand ses bienfaits.
Sans explications - inutiles ! - tout est rapporté à Jésus-Christ : « lorsqu'apparut ta bénignité et humanité... la justice que tu as rendue pour nous dans le sang de ton unique ».

Le dernier paragraphe décrit ce qui se passe sur la terre lorsque s'accomplit le salut : aimer, chérir Dieu au point de laisser son amour effectuer en nous le don total. Et Guillaume le dit bien concrètement en citant les apôtres, les martyrs, tous les saints... la foule immense de ce peuple innombrable... La voie est une voie publique... ouverte à tous !

Je relis le texte en goûtant dans chaque ligne ce qui est bienfait, don gratuit...

2. Méditation
Tous ces mots qui expriment les bienfaits de Dieu... la miséricorde, la bonté, la douceur... Je les connais, dans ma tête... je regarde comment aujourd'hui, ces jours-ci, je les ai reçus, comment ils m'ont donné de la joie, mise en paix...

Tout est ordonné à Jésus-Christ... Lorsqu'apparut l'humanité, alors tous les biens du ciel se sont déversés sur la terre.
Regards sur l'évangile... la bonté de Jésus envers tous, son admiration pour la foi des humbles, le centurion, sa compassion pour les foules qui le suivent et qui ont faim... Et en même temps sa justice : il dénonce la fourberie, la suffisance... Le contempler pour devenir bonté... Il nous montre, comme le dira plus tard saint Benoît, comment haïr le vice en aimant quand même les personnes... Il nous révèle par ses paroles, la suavité du ciel... il nous la montre dans toute ses manières d'être, avec son Père, avec ceux qu'il aime avec ses détracteurs...

« Quand lui-même a dévoué à l'œuvre de notre salut, envers toi la chaste obéissance de la charité, et envers nous la charité de cette obéissance ».
Le mot chaste ne me plait guère ! je me rappelle l'explication donnée : est chasrte ce qui ne garde rien pour soi. La charité, l'amour a invité Jésus à obéir à toutes les conséquences de son incarnation, et cette obéissance est chaste, il n'en obtient aucun avantage pour lui. Au Père il offre son obéissance aimante : Je fais tout ce qui lui plait... pour nous il vit le don aimant de tout lui-même à travers l'obéissance à sa condition d'homme. Ma vie, c'est moi qui la donne... je vous appelle amis...

« Le salut qui vient de toi ». Il consiste à accueillir tous ces dons que Dieu répand à profusion, d'en vivre avec joie, de les faire connaître, d'en rayonner... comme ceux-là « qui ont reçu de toi l'exemple et la grâce de la charité, qui t'ont chéri jusqu'au mépris de soi, et pour toi n'ont pas tremblé de donner leur vie ». Je pense aux chrétiens persécutés, victimes des guerres politico-religieuses... en Moyen-Orient, en Afrique, à nos frères de Tibhirine...

Mais nous, moi, dans l'ordinaire très ordinaire de la vie de tous les jours ? C'est quoi tout donner ? la question de tout le temps... "Chérir Dieu jusqu'au mépris de soi"... A ceux qui s'inquiètent de savoir qui peut entrer dans le Royaume Jésus répond : Aux hommes c'est impossible, mais à Dieu, tout est possible...

3. Prière
Je revois tel moment où je peux dire que j'ai acccueilli le don de Dieu, j'en rends grâce...
Marie a accueilli le possible de Dieu, elle le relis dans l'histoire de ce peuple dont elle est...
Je reprends son magnificat...

 

 

 

 

 

 

 

 

Accueil       

Présentation grenier - cisterciens       
   
La pensée cistercienne :

Le message : l'amour, l'Incarnation, Marie, l'existence chrétienne
Le florilège : l'amitié,  le baiser, la joie, la miséricorde, la prière, le repos, le silence...

Un aujourd'hui de la vie cistercienne :
les evenements,
la lectio divina 
La liturgie

L'histoire du monachisme

contact - liens - notes

Liste des textes cités