grenier
dessin

 

Accueil      
Présentation
grenier - cisterciens       
La pensée cistercienne :
            -
 message : l'amour, l'Incarnation, Marie, l'existence chrétienne
          -sermons de saint Bernard de Clairvaux à partir du Cantique des Cantiques, extraits
          - florilège : très souvent cités : l'amitié,  la joie, la prière, le repos, le silence... et bien d'autres
Un aujourd'hui de la vie cistercienne : les événements   -  Tibhirine - la lectio divina   -  la liturgie
L'histoire du monachisme cistercien
Liens   -   Bibliographie   -   contact

PRESENTATION DE LA LECTIO DIVINA

« Quand je prie, je parle à Dieu,
Quand je lis la Bible, c'est Dieu qui me parle. »

Les Pères de l'Eglise ont toujours recommandé aux chrétiens de se nourrir des Ecritures et la pratique de la lectio divina est devenue rapidement traditionnelle dans les Eglises chrétiennes. Il faut bien reconnaître que, malgré cela, la Parole de Dieu, dans l'Eglise Catholique, a été mise « en exil » pendant quelques siècles. Le catéchisme et la prière n'en faisaient pas mention, il n'existait pas de traduction de l'Evangile accessible à tous...
Avant même le Concile des mouvements de renouveau émergeaient : en 1948 paraissait le premier fascicule de la Bible de Jérusalem qui sera publiée en un seul volume en 1956... Vers 1945, le Père Joseph Collomb, prêtre du diocèse de Lyon disait : « Les Saintes Ecritures sont une source essentielle du catéchisme »...

Le Concile Vatican II a restitué les Ecritures au peuple de Dieu.
Une citation de la constitution « Dei Verbum » : « Que les chrétiens se rappellent que la prière doit aller de pair avec la lecture de la Sainte Ecriture, pour que s'établisse le dialogue entre Dieu et l'homme. car « nous lui parlons quand nous prions, mais nous l'écoutons quand nous lisons les oracles divins ».
Que les chrétiens... il ne s'agit donc pas de quelques privilégiés, de quelques saints ou savants, il s'agit de tous ceux qui se reconnaissent de l'Eglise de Jésus-Christ... Et voilà rétablie la pratique de la « Lectio divina » que les moines et moniales, dans leurs monastères, eux, n'avaient jamais abandonnée.

Il s'agit maintenant de redonner à la Parole de Dieu la place qu'elle doit avoir dans la vie chrétienne : une Parole qui alimente la foi, qui guide les choix de vie, qui juge les comportements, qui fait partie de la prière...
Cela ne va pas de soi. Les lectures des Ecritures sont multiples.

Disons tout d'abord ce que n'est pas la lectio divina.
Elle n'est pas une étude savante des présentations des livres et genres bibliques,
elle n'est pas la lecture de commentaires que peuvent en faire des personnes capables de dévoiler un sens des textes,
elle n'est pas la lecture de la prière d'autres chrétiens, aussi belle et édifiante soit-elle...
Elle n'est pas une lecture de l'Ecriture qui va nous permettre de tout comprendre de la foi, une lecture qui nous apportera des solutions à nos problèmes de vie, une lecture des textes que nous aimons bien et dans lesquels nous nous retrouvons..

pabbe« Quand tu pries, tu parles à Dieu, quand tu lis c'est Dieu qui te parle » nous dit saint Ambroise. La lectio divina est donc, tout simplement, un dialogue à partir de l'Ecriture qui est son message.
Selon Enzo Bianchi, tout dépend de la lecture du texte : il faut le lire et même le contempler. sans engager d'autres facultés que l'attention. L'écouter de manière vitale, avec tout l'être, comme il est, afin de le prendre au sérieux dans la forme et dans la pensée sans chercher déjà à en tirer partie. Ruminer, répéter les paroles et les graver dans son cœur.
St Augustin : « Si le texte est prière, priez ; s'il est gémissement, gémissez ; s'il est reconnaissance, soyez dans la joie ; si c'est un texte d'espérance, espérez ; s'il exprime la crainte, craignez. Car les choses que vous percevez dans le texte sont le miroir de vous-mêmes.»

Et si le texte « ne dit rien » ? c'est un passage de la Bible qui est difficile... il me paraît absolument étranger... je n'ai aucun goût pour la prière maintenant... Il faut persévérer, écouter « le silence »... il fait partie des échanges entre amis ! Nous tenir dans la simplicité, l'humilité, sûrs de la présence efficace de Dieu en ce message qui nous dépasse.
Saint Macaire : « Soyez contents de tout ce que vous pouvez comprendre et cherchez à le mettre en pratique ; alors ce qui vous reste caché sera révélé à votre esprit. »
Saint Ephrem : « Ce que nous en comprenons est bien moindre que ce que nous en laissons, comme des gens assoiffés qui boivent à une source... »

On peut lire avec profit : BIANCHI Enzo, Prier la Parole, introduction à la lectio divina, Ed Abbaye de Bellefontaine, vie monastique n° 15

Pratiquement, la lectio...

Elle se fait habituellement à partir d'un texte des Ecritures.
Mais nous savons bien qu'il nous est arrivé d'accueillir la Parole de Dieu dans d'autres circonstances : une homélie, un enseignement, un partage, une lecture... Il nous est alors possible de reprendre le texte lu ou entendu et d'en faire une lectio divina : un dialogue amoureux avec Dieu... Cette manière de lire un texte, de l'accueillir, de le méditer nous permet de découvrir le sens d'un langage spirituel qui dans sa richesse même ne nous est pas familier. C'est une bonne manière de faire notre profit des écrits des grands mystiques...

- Pour commencer se mettre dans les conditions qui favoriseront le recueillement, l'écoute, la méditation... Disposer de quoi écrire, quelques notes peuvent aider la réflexion, à exprimer sa pensée, à la fixer. Choisir un lieu favorable : le calme, le silence... la bonne position... quelque symbole : bougie, fleur, image...
Un signe de Croix... une invocation à l'Esprit-Saint...
- Premier temps : ECOUTER le texte. Quand on écoute vraiment on n'est pas déjà en train de juger ce qui est dit et de se demander ce qu'on en pense, ou ce que l'on va répondre, la seule chose qui compte c'est d'écouter au point de pouvoir répéter en son essentiel ce que l'on a entendu.
Lire le texte, à voix haute ou au moins en pronçant les mots à voix basse... peut-être une ou deux fois, prendre le emps de se dire qu'est-ce j'ai entendu, ce qui maintenant m'a paru essentiel dans ce texte.
- Deuxième temps : On peut relire le texte... MEDITER... Comment je me sens concerné par ce que j'ai entendu, dans ma foi c'est-à-dire dans mon rapport à Dieu...
- Troisième temps : PRIER... Laisser monter en moi la louange, l'intercession, la supplication... on peut chanter, s'aider d'un texte aimé, prendre une des grandes prières de l'Eglise, le Notre Père...

 

Plusieurs manières de profiter de ces pages : lire et relire attentivement... ou bien se munir d'un papier et d'un crayon et faire la lectio en même temps que Gertrude, à partir de ses suggestions... ou bien lire, relire, et plus tard en faire la lectio divina... ou bien ou bien... tout autre manière qui sera simplement la vôtre.

"Bien conscient que la manière d'écouter et de prier est différente pour chacun et que c'est l'Esprit Saint qui la lui suggère. Loin de moi la prétention de pouvoir enseigner à prier ; j'offre ce que j'ai appris jusqu'à présent, en espérant pouvoir continuer cet effort avec tous les croyants qui « aiment la Parole » (Ps 118, 97) et cherchent à devenir « serviteurs de la Parole » (Lc 1 2).

La lectio

à partir d'un texte de
Guillaume de St-Thierry

Texte un : la prière est un don
Texte deux : distance et proximité
Texte trois : connaître par l'amour
Texte quatre : en son humanité
Texte cinq : humble présence
Texte six : regard fraternel lexte sept : O Trinité !

La lectio à partir d'un texte de Thomas Merton

Texte un : amour et vérité se rencontrent.
Texte deux : l'espérance
Texte trois : la beauté
Texte quatre : la volonté de Dieu
Texte cinq : humilité

Dans la tentation : Isaïe 25, 1-5 ;
conversion : Dt 30, 15-20

x x