greniertitrecroix

L'amour se conserve par le don

5. Il est donc clair que nous devons d'abord aimer la vérité pour aimer les autres comme il se doit. Et puisque l'amour se traduit en rapports humains pratiques et concrets, la vérité que nous devons aimer quand nous aimons nos frères n'est pas une simple spéculation abstraite : c'est la vérité morale qui doit prendre forme et vie dans notre destinée et la leur. Cette vérité est bien davantage que la froide perception d'une obligation découlant de préceptes moraux : c'est la destinée concrète et la sainteté que veut pour eux l'amour de Dieu. Celui qui aime vraiment son prochain ne désire pas seulement pour lui bonheur, santé et prospérité en ce monde : l'amour ne peut se contenter de si peu. Si j'aime mon frère, je dois en quelque sorte pénétrer profondément dans le mystère de l'amour de Dieu pour lui. Je dois éprouver non seulement de la sympathie humaine, mais cette sympathie divine que Jésus nous a révélée et qui enrichit nos vies par la présence du Saint-Esprit dans nos cœurs. La vérité que j'aime en aimant mon frère ne peut être seulement philosophique et abstraite. Elle doit être à la fois surnaturelle et concrète, pratique et vivante. (Et je ne prends pas ces mots dans un sens métaphorique.) La vérité que je dois aimer en mon frère est Dieu Lui-même, vivant en Lui. Je dois chercher la vie de l'Esprit de Dieu qui respire en lui. Et je ne peux découvrir et suivre cette vie mystérieuse qu'avec l'aide de ce même Esprit vivant et agissant au fond de mon cœur.

Thomas Merton - « Nul n'est une île » extrait chapitre un

Pour retrouver le sens de la lectio et quelques suggestions : la lectio divina. 

L'amour se conserve par le don

Les lignes qui suivent nous présentent une lectio divina à partir d'un passage du livre « Nul n'est une île », écrit par Thomas Merton, moine cistercien (1915-1968).
A la fin du prologue de l'ouvrage il en explique ainsi le titre :
« Tout homme est un peu de moi-même, car je fais partie de l'humanité. Tout chrétien fait partie de mon corps, car nous sommes membres du Christ. Ce que je fais est aussi pour eux, avec eux et par eux. Ce qu'ils font est en moi, par moi et pour moi. Mais chacun demeure responsable du rôle qu'il joue dans la vie de l'ensemble.

J'invoque l'Esprit-Saint
O Esprit divin, Baiser du Père au Fils et du Fils au Père dans un don total d'un amour parfait, Jésus nous a promis que tu nous assisterais, acccorde-moi d'accueillir ce que vous désirez me faire connaître aujourd'hui.

Je lis le texte une première fois pour le découvrir


Je relis lentement le texte pour "l'écouter" et je note.
Des mots qui reviennent souvent : amour, aimer, vérité, le prochain, Dieu...
Qui aime qui ? Nous devons aimer la vérité,
aimer les autres : aimer les autres, mon frère.. exprimé six fois. Cet amour est inspiré par Dieu : cette sympathie divine que Jésus nous a révélée et qui enrichit nos vies par la présence du Saint-Esprit dans nos cœurs.
Dieu aime ces autres... exprimé deux fois.
La vérité : exprimée six fois. De quelle vérité s'agit-il ?
- Elle n'est pas une simple spéculation abstraiie : c'est-à-dire une idée. Elle ne peut être seulement philosophique et abstraite. Elle est bien davantage que la froide perception d'une obligation découlant de préceptes moraux : des commandements que nous devrions observer.
- c'est la vérité morale qui doit prendre forme et vie dans notre destinée et la leur : c'est donc une vie qui me concerne et qui concerne ceux que j'aime. Elle doit être à la fois surnaturelle et concrète, pratique et vivante : concrète, pratique, vivante : on doit la reconnaître dans les faits de la vie de tous les jours. Mais surnaturelle, elle n'est pas que le fruit de nos bonnes intentions.
- Elle est accomplissement du dessein de Dieu : c'est la destinée concrète et la sainteté que veut pour eux l'amour de Dieu. Pour aimer il faut entrer en ce mystère : Si j'aime mon frère, je dois en quelque sorte pénétrer profondément dans le mystère de l'amour de Dieu pour lui.
- Dieu Lui-même, vivant en Lui. Je dois chercher la vie de l'Esprit de Dieu qui respire en lui.

Pourquoi, comment, Thomas Merton relie l'amour et la vérité ? Pour aimer les autres comme il se doit, il faut d'abord aimer la vérité... si la vérité est absente de nos rapports humains, l'amour que nous leur portons ne peut être qu'un amour au rabais. La vérité de l'amour doit aller jusqu'au bout ...! du mystère de l'homme : fils de Dieu habité par son amour-même. Réalité inaccessible mais : Et je ne peux découvrir et suivre cette vie mystérieuse qu'avec l'aide de ce même Esprit vivant et agissant au fond de mon cœur.

Je retrouve ce texte dans quelques bribes des Ecritures :
Au psaume 84, 11 : Amour et Vérité se rencontrent, Justice et Paix s'embrassent... Yahvé donnera le bonheur.
Au psaume 88, 15 : Amour et Vérité marchent devant ta face.
En saint Jean, 8, 31-32: "Si vous demeurez dans ma parole vous connaîtrez la vérité et la vérité vous libérera"
14, 16-17 : "je prierai le Père il vous donnera l'Esprit de Vérité".
17, 17 : Sanctifie-les dans la vérité, ta parole est vérité.
1 Jean 3, 18-19 : "Petits enfants, n'aimons ni de mots ni de langue, mais en actes et en vérité. A cela nous saurons que nous sommes de la vérité"
15, 12 : "Voici quel est mon commandement : vous aimer les uns les autres comme je vous ai aimés"
15, 9 : Comme le Père m'a aimé, moi aussi je vous ai aimés. Demeurez en mon amour.

Amour et vérité sont liés, ils nous situent en "présence de Dieu".
C'est Dieu, l'Esprit, qui donnent de connaître la vérité, cette connaissance chasse ce qui n'est ni amour, ni vérité...
Notre façon d'aimer doit passer par des actes qui témoignent de notre attachement à ce qui est vrai.
Amour, vérité, présence de Dieu en nous.

Et les accents cisterciens :
L'amour de Dieu et celui des frères étroitement liés
La vérité tellement présente chez Guillaume de Saint-Thierry, chez frère Christophe :"servir, faire la vérité"
Ora et labora, règle de st Benoît travail et prière : la vérité est en même temps surnaturelle et spirituelle.

Je médite à partir de ces lectures
L'humilité de Dieu. Manifestée en ses dons : tout ce qu'il est il nous le donne. C'est sa sainteté même qu'il désire pour nous. Jésus est venu le vivre avec nous, il est venu nous apprendre la sympathie divine...
La vérité de nos vies n'est pas qu'un destin humain, elle est vie de Dieu, amour donné, désir de bonheur pour l'autre, manifestés dans les choix du quotidien pratiques et concrets.
Nous... L'amour de Dieu, ses intentions pour nous, ce partage qui va jusqu'à sa gloire... C'est cela qui fait notre grandeur. C'est cette grandeur que je dois servir en mes frères et non quelque humanité de second rang : bonheur, santé prospérité...
Je dois trouver Dieu en mes frères : la vie de l'Esprit de Dieu qui respire en lui
Et comme le disent d'autres textes, "aimer le prochain comme soi-même", c'est cette grandeur là que je peux accueillir pour moi, que je peux reconnaître en moi...

Je prie
Louange, action de grâces. Dieu merveilleux tout à l'opposé de nos fausses grandeurs. "Heureux de Toi' comme dit frère Christophe... 
Ma manière de m'aimer, d'aimer les autres ! combien éloignée de cet amour de Dieu en nous !
Dieu ne nous demande pas ce que nous ne pouvons pas faire, ce qu'il nous demande, il nous donne ses propres dons pour que nous le réalisions. Revoir quelques grâces accordées, Désir de poursuivre le chemin.
Psaume 130 : Seigneur je n'ai pas cœur fier... comme un petit enfant je tiens mon âme contre toi..

Je contemple Jésus
Il donne sa vie à travers les gestes du quotidien... En ses amis il voit des "bénis" du Père...
En face de ses détracteurs il manifeste que son amour pour eux, pour son Père passe par la vérité.

 

 

 

 

 

 

Accueil       

Présentation grenier - cisterciens       
   
La pensée cistercienne :

Le message : l'amour, l'Incarnation, Marie, l'existence chrétienne
Le florilège : l'amitié,  le baiser, la joie, la miséricorde, la prière, le repos, le silence...

Un aujourd'hui de la vie cistercienne :
les evenements,
la lectio divina 
La liturgie

L'histoire du monachisme

contact - liens - notes

Liste des textes cités