grenier
dessin

Accueil      
Présentation
grenier - cisterciens       
La pensée cistercienne :
            -
 message : l'amour, l'Incarnation, Marie, l'existence chrétienne
          - sermons de saint Bernard de Clairvaux à partir du Cantique des Cantiques, extraits
          - florilège : très souvent cités : l'amitié,  la joie, la prière, le repos, le silence... et bien d'autres
Un aujourd'hui de la vie cistercienne : les événements   -  Tibhirine  - la lectio divina   -  la liturgie
L'histoire du monachisme cistercien
contact

FAIRE MEMOIRE

Une PAGE avec Tibhirine car, aujourd'hui 21 mai 2012, c'est le seizième anniversaire du martyre des sept frères, Christian, Christophe, Luc, Célestin, Michel, Bruno, Paul. moines cisterciens à Notre-Dame de l'Atlas. Ils avaient été enlevés dans la nuit du 26 au 27 mars 1996.

Faire mémoire... nous souvenir de ce que ces religieux ont vécu, communier à leurs espérances, à leurs raisons de vivre, à leur choix d'aimer - au risque de la mort... Puiser, de nouveau, dans la vérité de leur vie ce qui peut bousculer la nôtre, nous ouvrir des chemins à suivre, nous inviter à des choix un peu fous...


à partir d'un poème « en quatre temps » de frère Christophe, et de quelques autres propos, frère Christian, frère Luc... aidés par le rappel des images et d'un chant du film : « DES HOMMES ET DES DIEUX »

« DES HOMMES ET DES DIEUX » 

Rappelons-nous, ou mieux regardons de nouveau les images du film, combien éloquentes ! 

La violence sans cesse présente : les massacres mais aussi les passages de l'armée, la pression des pouvoirs publics... 
La fraternité entre les moines, manifestée par tant de gestes et de paroles, avec les difficultés de se trouver si différents comme pour le premier échange : rester ou partir ?... 
La fraternité avec les voisins... pour le travail et l'échange, le rite du thé... les soins apportés à tous, aux « frères de la montagne » comme aux « frères de la plaine ».
La relation à Dieu dans la prière, personnelle et communautaire...

La communauté des frères est à la chapelle, en prière silencieuse. 
Un hélicoptère survole le monastère... 
On sent l'inquiétude qui surgit... 
Les frères se lèvent et entonnent ce chant, peu à peu ils se tiennent tous fraternellement par les épaules. 

Ce chant est repris, enregistrement des moines de Tamié, pour le générique final du film.

 

O Père des lumières, Lumière éternelle
Et source de toute lumière, 
Tu fais briller au seuil de la nuit 
La lumière de ton visage : 
Les ténèbres pour toi ne sont point ténèbres. 
pour toi les nuits sont aussi claires que le jour. 

Que nos prières devant toi s'élèvent comme un encens 
et nos mains comme l'offrande du soir ! 

O Père des lumières, Lumière éternelle
Et source de toute lumière, 
Tu fais briller au seuil de la nuit 
La splendeur du Ressuscité : 
Nous n'avons plus besoin de lune ou de soleil 
Nous avançons à la lumière de l'Agneau !

O Père des lumières, Lumière éternelle 
Et source de toute lumière, 
Tu fais briller au seuil de la nuit 
La clarté de ton Esprit-Saint : 
Nous tenons allumées nos lampes pour les noces,
Et nous allons à la rencontre de l'époux !

   Amour tu viens 
                                  
en pleine histoire

                    Amour tu viens

                    en plein cœur
                    m'offrir
                                                ta croix

                    c'est toi 
                    je peux venir
                    à pleines mains
                    cueillir 
                                                ton souffle

 ...et m'en aller de toi
blessé à vie

   Amour tu viens 
                           
en pleine chair

                   Amour tu viens

                   en plein visage
                   m'offrir 
                                                ta grâce

                   c'est toi 
                   je peux venir
                   à pleine bouche 
                   prendre 
                                                ton nom

 ...et m'en aller de toi
remis en paix

   Amour tu viens

en pleine peur

                   Amour tu viens

                   en plein tourment
                   m'offrir 
                                                ton cri

                   c'est toi 
                   je peux venir
                   à pleines larmes
                   prier 
                                                ton Père

  ...et m'en aller de toi
chargé d'enfance

   Amour tu viens 
 
en pleine Terre

                   Amour tu viens
                   en pleine pâque
                   m'offrir
                                                ta joie

                   c'est toi 
                   je peux venir
                   à pleins bras
                   embrasser 
                                                ta passion

  ...et m'en aller de toi
signé d'éternité

 

Frère Christian : Notre mort est incluse dans le don, elle ne nous appartient pas, et donc, elle ne peut être risquée que dans le même climat d'évangile que tous nos autres instants offerts à Dieu au sein de cette communauté monastique à laquelle nous sommes liés d'amour à la vie à la mort ou encore pour le meilleur et l'au-delà du moins bon.

Frère Luc : J'accomplis ma tâche, recevoir les pauvres et les malades. Je travaille toujours autant et à la cuisine et au dispensaire. Il ne s'agit pas de mourir, mais de ne point mourir en triomphant tous les jours de la mort, laissant respirer en nous la présence divine

Jésus-Amour tu es venu, tu étais là incarné en l'histoire de chacun... pour reconnaître et porter, avec chacun et avec tous les croix de la vie de tous les jours...

 

 

 

 

Frère Christian : Après la visite de Noël, je me suis dit : ces gens-là, ce type-là avec qui j'ai eu un dialogue tellement tendu, quelle prière je peux faire pour lui. Je ne peux demander au Bon Dieu : tue-le. Mais je peux demander : désarme-le. Après je me suis dit : ai-je le droit de demander : désarme-le, si je ne commence par demander : désarme-moi et désarme-nous en communauté.

Frère Luc : A nouveau notre région est plongée dans les horreurs de la violence. Dieu ne veut pas le malheur. Il se trouve avec les victimes. Dieu est avec nous.

Jésus-Amour tu es venu, tu étais là, pour vivre en eux ce que tu étais venu connaître dans ta vie d'homme : vivre en relation d'amour, accueillir en compassion, faire place aux plus petits... mais aussi être incompris, rejeté, crucifié, victime du mal exacerbé en face du bien. Jésus-Amour tu étais là pour crier en eux l'incertitude, la peur, la détresse, et pourtant toujours confiant en l'amour du Père.

 

Frère Chistian : La première fois qu'une communauté soufi du voisinage a demandé à nous rencontrer - c'était à Noël 1979 - son porte-parole avait bien pris soin que c'était pour un partage de prière qu'ils désiraient nous retrouver : « Il faut laisser Dieu inventer entre nous quelque chose de nouveau. Cela ne peut se faire que dans la prière »

Frère Luc : Dans les souffrances du corps et la douleur de l'âme et des échecs, Dieu nous a conduits par la main. Devant nous le Christ portant sa croix nous montre le chemin et au terminus brille la lumière pascale de la résurrection.

Jésus-Amour tu es venu, tu étais là pour vivre avec eux le passage, la pâque, pour suivre le chemin qui conduit au-delà de la mort auprès du Père dans ta joie de Ressuscité.

Que nous reste-y-il à faire ?

Avec toi 
il faut s'attendre à tout qui peut n'être 
qu'un rien du tout grand amour 

Il faut risquer le tout dans les tout petits riens de tous les jours 
Il me reste au vrai tout de toi à vivre ici aujourd'hui.


Cité dans « Frère Christophe Journal Tibhirine 1993-1996

Le poème de frère Christophe, cité dans "Aime jusqu'au bout du feu"


x x

Autres pages Tibhirine

21 mai 2020 : le temps de l'espérance

21 mai 2019 : Bienheureux martyrs

8 décembre 2018 : Béatification des 19 martyrs d'Algérie

21 mai 2018 : Sainteté d'après le pape François

21 mai 2017 : Le martyre

21mai 2016 : L'héritage

21 mai 2015 : messagers de paix

21 mai 2014 : La pauvreté à Notre-Dame de l'Atlas

21 mai 2013 : La fidélité à Notre-Dame de l'Atlas à Tibhirine

Une tapisserie de Malel