greniertitrecroix

La joie dans l'évangile
Homélie, les paraboles de la miséricorde Luc 15, 1-32, Frère Marco, Tamié

Dans l'Évangile que nous venons d'entendre*, nous avons vu d'abord un berger qui appelle ses amis en leur disant : « Réjouissez-vous car j'ai retrouvé ma brebis, celle qui s'était perdue » (v.6).

Puis une ménagère qui va trouver ses voisines pour les inviter à se réjouir : « Réjouissez-vous avec moi, car j'ai retrouvé la pièce d'argent que j'avais perdue » (v.9).

Pour finir, nous avons vu un père qui appelle ses serviteurs en leur disant : « Allez chercher le veau gras, tuez-le ; mangeons et festoyons, car mon fils que voilà était mort et il est revenu à Is vie, il était perdu et il est retrouvé » (v.23-24).

Au coeur de l'Évangile de ce dimanche : l'appel à la joie, à se réjouir.
Ce thème de la joie est si immense, si primordial que j'aimerai vous partager quelques réflexions
« La joie, éclate tout au long de la Bible depuis le rire de Sara à la joie de Tobie, des larmes de Joseph retrouvant ses frères, aux danses de Myriam après le passage de la Mer rouge, du cantique d'Anne au Magnificat de Marie, c'est une explosion de joie.

Mais cette joie éclate d'une façon toute particulière dans la personne de Jésus, l'homme de la Joie. Sa naissance fut cause de joie pour tout le Peuple.

« Jésus tressaillait de joie en constatant que la Bonne Nouvelle était bien reçue par les gens simples et bons. Il se réjouissait de voir les passereaux du ciel si bien nourris, les lis des champs si bien vêtus, l'enfant prodigue si bien accueilli. La veille de sa mort Jésus a prié pour que sa joie soit en nous, et qu'elle soit complète » (Paul VI).

Au pied de la croix il nous a confiés à Marie cause de notre joie
En ressuscitant le troisième jour il nous a donné l'Esprit Saint principe inépuisable de notre joie.

Jésus l'homme de la joie par sa venue, est venu « évangéliser Dieu » ! (M. Zundel)
En effet il nous a fait passer d'un Dieu tout Puissant, Solitaire, qui se suffit à Lui-même à un Dieu communion d'Amour, dont le seul et unique désir c'est de réjouir le coeur de l'homme. «
Je vous ai révélé cela (le mystère de Dieu) pour que ma joie soit en vous et que votre joie demeure et cette joie personne ne peut vous la ravir » (Jn 15).

Oui, la joie est au coeur de la vie chrétienne elle est au coeur de l'Évangile ! Mais de quelle joie parlons-nous ?
Est-ce la joie d'un heureux tempérament ?
Est-ce la joie d'un parfait équilibre physique et psychologique ? Est-ce la joie de la réussite professionnelle ?

« Notre joie chrétienne n'est pas que du sentiment, elle jaillit de notre foi et de notre espérance, elle est intimement liée à l'espérance, elle est « explosion de l'Espérance » (H. Schlier).
Paradoxalement la joie de l'Évangile coexiste avec les tourments de la condition humaine, n'opposons pas la joie et la croix. « En Jésus elles se sont épousées. Dans le sillage de l'Amour, douleur et joie creusent le même sillon » (Stan Rougier).
La veille de sa passion, dans son testament Jésus nous a confié sa joie, et il nous a demandé de la transmettre, de la transmettre dans le coeur des autres, comme un trésor d'une valeur immense.
Notre mission est une mission de joie au coeur d'un monde si souvent marqué par la tristesse, le désespoir, le pessimisme.

En préparent cette homélie je suis tombé sur un poème, d'un des moines martyrs de Tibhirine, où l'auteur Fr. Christophe se définit comme « Passeur de joie ». Écoutez ! Écoutons !.

« Je te porte
d'une rive              à l'autre
des ténèbres à la lumière  je passe
dans la nuit, large du fleuve
je porte l'enfance blessée du monde.
Passeur de joie
c'est là ma tâche
c'est mon nom de gloire »

Passeur de joie c'est aussi notre tâche, c'est aussi notre nom de gloire

Tamié, 15-09-2013

Le grenier nous invite

à  oser  la

 

Les joies de Marie
Sermon 20 pour l'Assomption de la Vierge Marie, Aelred de Rievaulx

En vérité, frères, nous devons toujours la louer, l'honorer et nous remémorer sa douceur avec beaucoup de ferveur,
mais aujourd'hui (en son assomption) nous devons bien davantage nous réjouir avec elle parce qu'aujourd'hui sa joie a été portée à son comble.

Elle eut une grande joie quand l'ange la salua.
Elle eut une grande joie quand elle ressentit la venue du Saint-Esprit, quand s'opéra en son sein l'admirable union du Fils de Dieu avec sa chair à elle, de sorte que Celui qui était le Fils de Dieu devint également son propre fils.
Elle eut une grande joie quand elle tint entre ses bras un tel fils, quand elle l'embrassa,
quand elle le servit, quand elle écouta ses paroles, quand elle vit ses miracles.
Et si elle fut profondément attristée lors de sa passion,
elle connut de nouveau une joie merveilleuse lors de sa résurrection, et plus encore lors de son ascension... (2-3)

Joie pascale, joie de Jésus
Homélie - Frère Christian de Chergé

Il s'agit bien de célébrer la joie pascale, notre ALLELUIA d'avoir été créés, puis renouvelés dans cet appel triple : innocence, liberté, gratuité...

C'est Pâques chaque jour quand c'est cela que nous choisissons de vivre, par grâce du Christ vivant.
Rendons au Christ la primauté de cette JOIE :

c'est sa joie à lui de révéler le Père ;
c'est sa joie à lui d'être le Prince et le principe de la vie ;
c'est sa joie d'être entré à cœur ouvert dans le jeu de nos existences, et d'avoir affronté toutes nos morts pour nous en délivrer ;
c'est sa joie, vraiment, d'être le gage et l'artisan de toute résurrection ;
c'est sa joie vive de savoir parler le langage de l'homme, et de pouvoir faire tressaillir pour chacun la lettre des Ecritures et le cœur des créatures ;
c'est sa joie secrète de demeurer en nous par son esprit, et d'être pour les siens le pain d'aujourd'hui ;
c'est sa joie encore d'être ce Corps démultiplié à l'infini de l'espace et du temps où la communion avec tous peut se recevoir comme la vocation de chacun...

Cette JOIE qui est sienne, voici qu'en ce jour elle nous est tout entière communiquée.
Il n'en retient rien pour lui. et « nul ne pourra nous la ravir »
mais il nous faudra encore tout le dynamisme de l'Esprit pour qu'elle trouve en nous son passage, un chemin de Pentecôte.

Fès, 16 avril 1995 cité dans « L'autre que nous attendons »

Ici, un florilège de textes sur la joie :
- Les joies de Marie, Aelred de Rievault
- Joie pascale, joie de Jésus, Frère Chritian de Chergé
- La joie dans l'Evangile (paraboles de la miséricorde), Frère Marco, Tamié

__ __ __ __ __ __ __ __

Autres florilèges
L'amitié, le baiser, la miséricorde, la prière, le repos, le silence, la tradition.
--------------------------

Liste
des extraits des écrits

--------------------------
Accueil 
- Présentation grenier - cisterciens
- contact

La pensée cistercienne : Le message : l'amour, l'Incarnation, Marie, l'existence chrétienne

Un aujourd'hui de la vie cistercienne

La liturgie

L'histoire du monachisme