greniertitrecroix

TEMPS DE L'AVENT 2017

3ème temps        PERSEVERANCE

Nous nous sommes mis en route pour être prêts à accueillir Jésus à Noël, en reconnaissant saperseverance présence aujourd'hui. il est là, allégeant nos fardeaux, nous offrant son repos...
Nous avons consenti à lui faire place, à lui offrir en notre cœur une paisible demeure.

Lui, Jésus le Christ, et les autres. Ils ne sont pas en concurrence.
Etre en même temps Marthe et Marie...
Marie, "dans une paisible méditation", qui nous permet de suivre le Christ "par la pensée et le désir"
Marthe, en ne refusant rien des tâches nécessaires, mais sans inquiétude ni jugement, simplement pour tout donner, jusqu'au bout.

Voilà ce que dit Isaac de l'Etoile :
Vivre avec le Christ par la pensée et le désir, dans cette patrie éternelle ;
mais, au cours de ce pèlerinage laborieux, ne refuser pour le Christ aucun exercice de charité. Suivre le Christ en montant vers le Père, s'affiner, se simplifier dans une paisible méditation ; suivre le Christ en descendant vers ses frères, être distendu par l'action, se partager en mille morceaux, se faire tout à tous. Ne rien sous-estimer de tout ce qui touche au Christ : n'avoir soif que d'une chose quand il s'agit du Christ unique ; vouloir être au service de tous, quand il s'agit du Christ multiple.

S'affiner, se simplifier... pour prendre, avec Jésus, le chemin vers les frères...
Certes, frères, il est escarpé le sommet que nous voulons gravir, étroit le couloir que nous voulons enfiler ! Il nous faut donc être légèrement équipés et sveltes. Il est bien difficile de monter avec une charge sur les épaules, de se glisser dans un passage étroit si l'on est corpulent. N'être ni enflés par les richesses, ni accablés par les soucis, ni alourdis par les excès de table relève d'un miracle de Dieu : c'est absolument impossible à la faiblesse humaine, mais à  Dieu tout est possible.

                            rosedenoel

 

2ème temps         ACCUEIL CHALEUREUXfraternel

« Il faut que Jésus trouve son repos en nous ! Se reposer en Dieu et Dieu qui se repose nous. »

Ne sommes-nous pas surpris de lire, d’entendre, que nous pouvons accorder du repos à Dieu ? Qu’est-ce que le repos pour lui ? Comment se reposerait-il dans nos cœurs si encombrés, partagés…
Faisons nôtre ce poème de Frère Christophe :

Mais toi    comment   tu  te  sens    chez moi
               n'es-tu  pas trop    dépaysé
               à  l'étroit    peut-être       oh     dans mon cœur
                                                            sois   bien   libre
                                                            et   je    t'en   prie
                                                            fais    comme  chez  toi

Langage familier de l’ami à l’ami… « Fais comme chez toi »… la paix, la joie, l’amour qui sont tiens, vis-les en moi…
Rappelons-nous l’évangile :

«  Chemin faisant, Jésus entra dans un village. Une femme nommée Marthe le reçut. Elle avait une sœur appelée Marie qui, s’étant assise aux pieds du Seigneur, écoutait sa parole. Quant à Marthe, elle était accaparée par les multiples occupations du service. Elle intervint et dit : « Seigneur, cela ne te fait rien que ma sœur m’ait laissé faire seule le service ? Dis-lui donc de m’aider. » Le Seigneur lui répondit : « Marthe, Marthe, tu te donnes du souci et tu t’agites pour bien des choses. Une seule est nécessaire. Marie a choisi la meilleure part, elle ne lui sera pas enlevée. » (Luc 10, 38-42)

Marthe qui a reçu Jésus est dans l’inquiétude… Dans son agitation elle apporte à Jésus ses tourments. Il les accueille… Marie a choisi le repos et Jésus doit se réjouir de sa préférence pour l’abandon.

« Zachée, descends vite, car il me faut aujourd’hui demeurer chez toi. Et vite il descendit et le reçut avec joie.  … Jésus dit : aujourd’hui le salut est arrivé pour cette maison. » (Luc 19, 5-6. 9)

Et Zachée abandonne l’inquiétude de la poursuite du gain, pour choisir la sérénité du partage, de la justice. Et Jésus reconnaît que sa paix, sa confiance sont entrées dans cette maison…

Si tu veux...
« Voici que je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui ; je prendrai mon repas avec lui, et lui avec moi. » (Ap 3, 20)

Baudoin de Ford prie ainsi :
« Quand le juste se tourne vers Dieu, celui-ci, par la grâce, habite et se repose en lui. »
Donne-moi maintenant de pouvoir te dire : « Celui qui m'a créé a reposé sous ma tente ». Dresse en moi une tente pour toi, et puis repose-toi en moi, pour que je me repose en toi ; car ton repos, c'est d'opérer en nous le repos. Travaille donc en moi, pour que je t'aime, toi, toi, avant et par-dessus toutes choses. Que je ne désire rien en dehors de toi, rien sinon toi ou pour toi. Et dans mon cœur ce sera la paix pour moi, le repos pour moi.
»

Et de nouveau avec frère Christophe :
Aujourd'hui j'entends au fond de moi          
          ton bonheur d'être en moi, Toi l'Aimé de l'Amour

                           rosedenoel

 

1r temps            ABANDON CONFIANT

  « Le Verbe, Jésus, est venu chez lui, et les siens ne l'ont pas reçu. »

Voilà ce que nous lirons au chapitre un de l'évangile de Jean à la messe du jour de Noël.

Jésus viendra chez lui en venant chez nous - en chacun de nous - le jour de Noël. Allons-nous le recevoir ? Oh ! bien sûr, bien vite, nous répondons oui !cielbranches

Et d'ici là, nous allons retrousser les manches pour bien préparer Noël ! Préparatifs de toutes sortes pour faire plaisir, partager, offrir, célébrer... profiter de ce temps de vacances et de fêtes, avec nos proches, avec ceux que nous voulons accueillir... sans négliger le « banal quotidien » qui nous occupe toujours autant !

C'est là où Jésus, en nos frères, nous attend aujourd'hui...

Alors, nous pouvons déjà le rencontrer...

 

« Tu n'as qu'à descendre en toi-même pour le rencontrer »
« Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos. Prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos pour votre âme. Oui, mon joug est facile à porter, et mon fardeau, léger. » (Mt 11, 28-30)

Voilà pourquoi je vous conseille, à vous qui êtes mes amis, de vous arracher parfois au souvenir pénible et angoissant de vos chemins à vous et de vous évader dans les chemins plus aplanis du tranquille souvenir des bienfaits de Dieu ; vous qui étiez abattus en vous-mêmes, vous pourrez respirer en le regardant. Je veux que vous fassiez l'expérience de ce conseil que donne le prophète : « Délecte-toi dans le Seigneur, et il t'accordera les désirs de ton cœur » (Ps 37).

rosedenoelSouvenir tranquille :
Saint Bernard a un mot admirable :
Tranquillus Deus, tranquillat omnia, et Quietum aspicere, quiescere est :
Dieu est tranquille, il tranquillise tout, et regarder le Reposé, c'est se reposer.


Il ne s'agit pas d'un pur repos, il y a inévitablement des labeurs, de multiples occupations qui nous sollicitent, mais, c'est une grande chose, qui nécessite une grâce singulière que d'arriver à chercher  et même trouver le repos en toutes choses.
Faits pour Dieu, selon le fameux mot de saint Augustin, nous ne trouvons le repos que lorsque nous avons trouvé Dieu et que nous nous reposons en lui.

Textes écrits en vert, tirés du livre Pain de citeaux n°3, série 3, Père Robert Thomas - Texte en italique : st Bernard

Accueil       

Présentation grenier - cisterciens    -   

contact

   
La pensée cistercienne :

Le message : l'amour, l'Incarnation, Marie, l'existence chrétienne
Le florilège : l'amitié,  le baiser, la joie, la miséricorde, la prière, le repos, le silence, la tradition

Un aujourd'hui de la vie cistercienne

La liturgie

L'histoire du monachisme

Liste
des extraits des écrits