grenier
dessin

Accueil      
Présentation
grenier - cisterciens       
La pensée cistercienne :
            -
 message : l'amour, l'Incarnation, Marie, l'existence chrétienne
          - sermons de saint Bernard de Clairvaux à partir du Cantique des Cantiques, extraits
          - florilège : très souvent cités : l'amitié,  la joie, la prière, le repos, le silence... et bien d'autres
Un aujourd'hui de la vie cistercienne : les événements   -  la lectio divina   -  la liturgie
L'histoire du monachisme cistercien
contact

                    AVENT 2017avent19

 

Lorsque mon ami me parle : ce qu'il me dit me touche, me remue, me fait    du bien. Je l'écoute de tout mon cœur: je le laisse venir à moi... en moi.
Mon ami s'appelle : Jésus
il est parti  près de son Père
mais il continue de me parler  l'Église
se rassemble pour accueillir sa parole vivante
pour s'en nourrir  et pour en témoigner :
elle est la communion des disciples de Jésus.


Jésus parlait à ses disciples de sa venue. Et c'est Dieu qui nous parle en son Fils. Le temps de l'Avent, c'est peut-être, le temps qui est donné à l'Église, à l'humanité, à chacune, à chacun, le temps donné (comme un cadeau d'avent-Noël) pour laisser venir à nous Celui qui nous parle : comme un ami parle a son ami, comme un époux parle à sa bien-aimée. Oui, laissons venir à nous les mots de l'Évangile, ces mots si simples, et vrais, et bons... Pour que Noël soit vraiment Noël, il faut qu'ils renaissent en nous, Verbe fait chair, langage fait homme. Il y a dans cet Évangile, deux mots qui se sont comme détachés de l'écriture, du texte et qui sont venus à moi. Le premier : serviteur (Mt 24,45). Et le deuxième qui semble tellement tenir cœur à Jésus : veillez (Mt 24,42).

Prenez garde, veillez. Jésus, veux-tu nous faire peur? Faut-il vivre dans l'anxiété, sur le qui-vive... à l'affût de toutes les prévisions sur la fin du monde... Veillez, c'est un commandement... d'ami, c'est une promesse. Elle nous vient de cet avenir d'où Jésus vient : elle nous vient du cœur de Dieu. Et si Dieu, en Jésus, nous demande, nous supplie de rester éveillé, sûrement, c'est possible. C'est un Je t'aime qui va nous tenir éveillé, c'est-à-dire présent à la réalité, a toute la réalité : celle qu'on volt et celle qu'on ne voit pas. Alors veiller, ce sera

aussi être présent à l'autre, lui dire, sans le dire : je suis là. Éveillé à tout ce qui en toi est unique, à tout ce qui en toi est en train de naître et de grandir... celui qui est éveillé... voici qu'il devient un éveilleur... et voilà qu'il rend service à Dieu. Mais : comment rester éveillé? Dans la vie, si on risque de s'endormir - par exemple pendant un sermon qui serait un peu long - on peut se mettre à côté de quelqu'un qui ne dort pas... Eh bien : mettons-nous tout près de Celui qui ne dort ni ne sommeille (Ps 120,4) : Dieu toujours en éveil, toujours en travail parce que tout Amour: lui l'Éternel. Mais comme Jésus - le Serviteur fidèle qui resta éveillé jusqu'au bout, jusque dans la mort subie et accueillie sur la Croix, comme lui, avec lui, près de lui, notre existence sera sans cesse réveillée : plus encore, ressuscitée par l'Amour du Père. Non, je ne suis pas seul, le Père est avec moi (Jn 16,32). Se tenir près de Dieu... et puis, se tenir près des pauvres. Car eux aussi, ils vont nous réveiller car ils attendent : le Droit, la Justice. Ils attendent : que les deux se déchirent (Me 1,10) et que vienne Noël, la paix pour tous les bien-aimés du Père. Ils vont nous apprendre l'Évangile, cette Parole que Jésus à travers eux nous donne. Oui, habitons - avec les pauvres - cette maison dont Jésus reste le Maître et qu'il nous a confiée afin qu'elle soit maison fraternelle, maison de prière ouverte à tous les peuples (Is 56,7), maison qui déjà, en cette eucharistie, reçoit sa visite, accueille sa présence: oh!, viens Seigneur Jésus (Ap 22,20).

Extraits homélie 1r dimanche de l'Avent A, frère Christophe cité dans "Lorsque mon ami me parle"

 

 

 

x x