greniertitrecroix

             11 juillet - Nous fêtons saint Benoît de Nursie

Accueillons en ce jour quelques échos de la « petite Règle » qu'il a laissée pour quelques groupes de moines qui demeuraient autour de lui. Cette « petite Règle » a traversé les siècles et les océans pour être encore le fondement de le vie des moines et moniales bénédictins et cisterciens à travers le monde...
Elle n'est pas sans intéresser des laïcs... Voyons cela aujourd'hui à partir de l'obéissance, chapitre 5 de cette règle.
Adultes, nous ne parlons guère d'obéissance en ce qui nous concerne... mais à longueur de journée nous vivons dans la dépendance. Dépendance de nos déterminismes personnels, de ceux qui sont fixés par nos conditions de vie... Dépendances familiales, professionnelles... Bien obligés de faire face !
D'après saint Benoît, vivre l'obéissance - nos dépendances ! - n'est pas un anéantissement de la personne ou de la liberté, mais sa concrétisation la plus haute. Le bénédictin, André Gozier, dans son livre : "Prier 15 jours avec saint Benoît" s'en explique ainsi : 

Le fondement de l'obéissance n'est pas une parole du Christ mais dans une attitude qu'il a pratiquée lui-même, mieux, qui est son être même.
Dans Jean 5,19 nous trouvons ceci : « Le Fils ne peut faire de lui-même rien qu'il ne voie faire à son Père. Ce que fait celui-ci, le Fils fait pareillement, car le Père aime le Fils et lui montre tout ce qu'il fait ». Le Fils par essence, le filial par excellence, c'est donc ne rien pouvoir faire de soi-même, mais faire de soi-même tout ce que le Père fait. La perfection de l'amour étant de ne vouloir que ce que veut l'autre, « tout ce qui lui plaît, je le fais toujours » (Jn 9, 19) et encore : « comme le Père me commande, j'agis ».

Le vrai but de l'obéissance, c'est que Dieu devienne en toute vérité le seul maître de notre volonté. « Ceux qui sont mus par l'Esprit de Dieu, ceux-là sont fils de Dieu » (Ro 8,14). A condition qu'elle soit la traduction dans le concret de notre humilité, car cette obéissance - non de caserne mais par amour - est participation à l'esprit du Christ à l'égard de son Père. L'obéissance peut sembler un obstacle à l'épanouissement. En réalité, c'est elle qui le donne, si elle est pratiquée par amour. Elle maintient une disposition permanente vis-à-vis de la volonté divine, ce qui est la caractéristique de l'amour.

Accueil       

Présentation grenier - cisterciens    -   

contact

   
La pensée cistercienne :

Le message : l'amour, l'Incarnation, Marie, l'existence chrétienne
Le florilège : l'amitié,  le baiser, la joie, la miséricorde, la prière, le repos, le silence, la tradition

Un aujourd'hui de la vie cistercienne

La liturgie

L'histoire du monachisme

Liste
des extraits des écrits