Dans le film
DES HOMMES ET DES DIEUX

La jeune Sabrina interroge frère Luc :
- Comment on sait qu'on est vraiment amoureux ?
- Il y a quelque chose en vous qui s'y met, une présence d'un être, qui est incontrôlable, qui fait que le coeur bat, c'est l'attirance, c'est le désir, c'est très très beau, tu sais, il ne faut pas trop se poser de questions, c'est un état de fait. On est comme ça puis tout d'un coup c'est le bonheur, c'est un tas de choses. C'est un grand trouble, surtout quand c'est la première fois.
- Tu as déjà été amoureux toi ?
- Oui, plusieurs fois et puis après est arrivé un autre Amour plus grand encore. J'ai répondu à cet amour-là. Ça fait longtemps, 60 ans.

greniertitrecroix

Dans le film
DES HOMMES ET DES DIEUX

La jeune Sabrina interroge frère Luc :
- Comment on sait qu'on est vraiment amoureux ?
- Il y a quelque chose en vous qui s'y met, une présence d'un être, qui est incontrôlable, qui fait que le coeur bat, c'est l'attirance, c'est le désir, c'est très très beau, tu sais, il ne faut pas trop se poser de questions, c'est un état de fait. On est comme ça puis tout d'un coup c'est le bonheur, c'est un tas de choses. C'est un grand trouble, surtout quand c'est la première fois.
- Tu as déjà été amoureux toi ?
- Oui, plusieurs fois et puis après est arrivé un autre Amour plus grand encore. J'ai répondu à cet amour-là. Ça fait longtemps, 60 ans.

Dans le film  DES HOMMES ET DES DIEUX

La jeune Sabrina interroge frère Luc :
- Comment on sait qu'on est vraiment amoureux ?
- Il y a quelque chose en vous qui s'y met, une présence d'un être, qui est incontrôlable, qui fait que le coeur bat, c'est l'attirance, c'est le désir, c'est très très beau, tu sais, il ne faut pas trop se poser de questions, c'est un état de fait. On est comme ça puis tout d'un coup c'est le bonheur, c'est un tas de choses. C'est un grand trouble, surtout quand c'est la première fois.
- Tu as déjà été amoureux toi ?
- Oui, plusieurs fois et puis après est arrivé un autre Amour plus grand encore. J'ai répondu à cet amour-là. Ça fait longtemps, 60 ans.

PRESENTATION DU THEME

« Je chercherai celui que mon cœur aime » (Ct 3,2)

L'amour tient une grande place dans la littérature profane et religieuse du Moyen-âge. Sans que l'on sache bien le déterminer il est reconnu que ces deux littératures ont été mêlées et se sont influencées. C'est l'époque où trouvères et troubadours chantent l'amour courtois, et dans les grands écrits du 11ème siècle l'épopée de la chanson de Roland voisine avec la vie de saint Alexis... Le cursus scolaire faisait une grande place à l'expression verbale, il fallait savoir communiquer, convaincre, charmer... Les auteurs anciens étaient là pour servir de « modèles ». Bonne formation pour préparer des chantres de l'amour de Dieu.

Saint Bernard et d'autres pères cisterciens : Aelred de Rievaulx, Isaac de l'Etoile, Guerric d'Igny et d'autres... apportent une grande nouveauté dans la littérature spirituelle. Jusque là, l'amour était réduit à la charité, une vertu à pratiquer parmi toutes les autres. Pour les cisterciens, l'amour est l'essence même de la vie chrétienne, c'est la rencontre de deux personnes qui s'aiment, d'un tu et d'un je qui se  reconnaissent et désirent la rencontre : Dieu et l'être humain.
On a pu dire que Saint Bernard a été le premier théologien de l'Amour.
Cet amour qui relie l'être humain à Dieu, emporte toutes ses relations aux autres et à lui-même, vers un épanouissement qui peut devenir de plus en plus fort, jusqu'au jour où il entrera dans la gloire de Dieu. Il n'y a pas un renoncement à soi-même qui serait une mutilation, il y a une libération progressive de tout ce qui entrave l'amour, tous les égoïsmes, passions, irrespect de soi-même et de l'autre... Cet amour est sans mesure, et aimer Dieu de tout son être implique la participation corporelle à toute cette vie d'amour.
Les mystiques cisterciens font grande place au corps. Pas de dualisme : le corps et l'âme, mais une unité qui vit à travers un corps qui n'est ni bon ni mauvais en soi. Le corps, la chair, c'est en quelque sorte la condition humaine, la « corporéité » qui, unie à la spiritualité, fait la personne.

L'amour est le sujet dont traitent certains ouvrages : saint Bernard écrit « L'amour de Dieu », Aelred compose « Le miroir de la charité »... Plusieurs commentent dans des sermons le poème d'amour qu'est le Cantique des cantiques. Mais tous en parlent et surtout en vivent dans leurs monastères régis par « la Charte de charité »

De courts extraits de ces ouvrages ainsi que des textes contemporains nous permettront de découvrir peu à peu l'ampleur, la profondeur de cet aspect de la spiritualité cistercienne.

tulipe

Au grenier  
nous ouvrons
le casier :
le message
de l'Amour


De l'amour dans l'air

Il y a de l'amour dans l'air

c'est du  Beau Temps qui vient
        on ne sait d'où
c'est du Bon Temps qui va
        t'emporter      
        Dieu sait où   

                oui 
                il y a de l'Amour
                plein    dans l'air

                et même
                ça m'a   bien   l'air
                d'être


                           Quelqu'un

Poème de frère Christophe
     cité dans "Aime jusqu'au bout du feu"

Ici, présentation du message : l'amour

Voir les extraits des écrits de Bernard de Clairvaux, Christian de Chergé sur ce thème

 - -- -- -- -- -- -- -- -- -

Le message,
la pensée cistercienne :
développée encore en :

- Incarnation de Jésus-Christ
- Vierge Marie
- Existence chrétienne

- -- -- -- -- -- -- -- -- --

Accueil  -

Présentation :
  grenier - cisterciens
 
- contact

Le florilège : l'amitié,  le baiser, la joie, la miséricorde, la prière, le repos, le silence, la tradition

Un aujourd'hui de la vie cistercienne

La liturgie

L'histoire du monachisme

Liste
des extraits des écrits

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                 

                                                                     tulioedeuxx      

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     tulioet

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

tulioedeuxx