greniertitrecroix

UN   G R E N I E R,  POUR   LA  V I E
parce que Grenier vient de granarium qui signifie graine.

Le grenier

grenierCette petite bâtisse, chaque fois que j'allais chez certains amis, je la remarquais, elle m'intriguait. Ils m'ont expliqué : elle avait appartenu à leur famille...
On l'appelle un grenier parce que c'est là que le fermier entreposait les céréales, blé, orge, avoine... au fur et à mesure des récoltes. C'est donc là qu'il venait prendre les graines quand arrivait le temps des semailles. Dans les casiers il puisait de quoi remplir les sacs qu'il porterait au moulin : la ménagère préparait alors les pains qu'elle portait cuire au four du hameau. Pendant qu'il était encore chaud on y glissait des poires pour les faire sécher et quelque pâtisserie.
C'est là que l'on suspendait aux poutres, les jambons après qu'ils aient été fumés dans la cheminée. Ils pouvaient voisiner avec des plantes cueillies en toute occasion : aromates ou remèdes selon les cas...
Le grenier abritait donc ce que l'on ne consommait pas immédiatement.
On craignait les incendies qui dévoraient les toits de chaume des maisons. C'est alors le grenier qui abritait les biens précieux : bijoux de famille, habits de fête, actes notariés, protégés par une boite en fer.
...Une grosse clé fermait la solide porte de bois.

De tels lieux ont toujours existé... au Moyen-Age, Bernard de Clairvaux parle de ces « officines » où on dépose pour les conserver, tous les meilleurs produits du jardin et des champs, des lieux pleins d'aromates, remplis de délices...

En ce GRENIER CISTERCIEN,
puissiez-vous découvrir et accueillir les DONS de Dieu :
Les graines d'AMOUR qu'il vous destine et
celles qu'il nous confie pour bâtir la FRATERNITE,
Des provisions de VERITE et de LIBERTE pour nourrir votre quotidien,
Des gerbes de JOIE afin que vos heures les plus lourdes et les plus noires
connaissent au moins quelques instants de REPOS.


L'aventure

«...afin que le monde sache qu'il est aimé d'amour »
                    (Frère Christophe)

Les Pères de l'Eglise ont été les grands oubliés de notre formation chrétienne. Le Concile Vatican II les ayant remis à l'honneur, des centres diocésains de formation les ont alors remis « au programme ». J'ai eu l'occasion d'en bénéficier. Depuis plusieurs années j'avais pu réaliser des émissions sur la radio chrétienne diocésaine... Alors, pourquoi pas les Pères de l'Eglise ? J'ai risqué l'aventure... C'est vrai, il ne s'agissait que de « fioretti »... Mais ce n'est pas parce que je ne suis pas un cordon bleu que je n'invite personne à partager un repas ! Et pour qui a faim, un morceau de pain est plus reconstituant qu'un festin que personne ne donne ! Et les auditeurs de RCF ont faim...
Poursuivant mes « études », stimulée par la découverte de la spiritualité cistercienne, je composais alors pour quelques amis des petits livrets : des extraits des écrits des mystiques du 12ème siècle, Bernard de Clairvaux et quelques autres... L'accueil a été enthousiaste : « Tu continues... ». J'ai continué. Jusqu'au jour où a été posée la question : pourquoi pas un site ?

Depuis novembre 2011 ce site est publié... Peu de retours par le contact, beaucoup plus de vive voix par des amis ou des rencontres occasionnelles. Tous sont chaleureux et témoignent du désir de poursuivre... Après s'être enrichi de plusieurs rubriques, ce grenier offre régulièrement quelque bonne page... Il marque ainsi de son empreinte cistercienne les événements du monde et de l'Eglise ; on peut citer l'épreuve des discordes dévastatrices, un synode sur la famille, une année de la miséricorde...

Ils sont nombreux tous ceux qui contribuent, de bien des manières, à cette aventure. Tous ceux qui me sont proches, ceux à qui j'ai pu dire : « je ne suis rien sans vous »... Sans eux, sans leur confiance, leur intérêt, leurs encouragements, leurs attentes, ce site n'aurait pas vu pas le jour. Je voudrais savoir dire la part qui revient à chacun.

abbayeJe ferai maintenant mention particulière de l'abbaye cistercienne de Tamié, à la communauté des frères qui y vit. C'est là que j'ai pu connaître, goûter la réalité cistercienne. Plusieurs frères se sont intéressés à cette publication, Frère Didier a toujours favorisé mon travail et ce sont ses photos qu'il m'a généreusement remises, qui illustrent ces pages.

A la bibliothèque de sciences religieuses du diocèse je trouve une importante documentation et les ouvrages de la collection « Sources chrétiennes ». Je dois à la longue patience et au choix de fonctionnement du responsable, la prolongation du temps des prêts autant que cela m'est nécessaire. Et c'est souvent très long.


Sans le film « Des hommes et des dieux »... ce site ne serait pas ce qu'il est. Pourquoi ne pas proposer « d'aller plus loin » ? Quand je dis : je vais publier un site sur la vie cistercienne : - Boff ?... ouais... en lien avec le film des hommes et des dieux : - Ah oui ! Beaucoup seront heureux de retrouver ces moines et bon nombre ne refuseront pas d'approcher ce qui a fait leur vie cistercienne...

Je me sers d'un ordinateur mac et d'un logiciel Adobe. Nous sommes redevables envers un nombre infini de personnes, de parvenir à prendre place sur la Toile... tous ceux qui m'ont conseillée, celui qui m'a aidée à publier, tous ceux qui ont travaillé... les petites mains qui fabriquent les petites puces qu'ont inventées les grands esprits... et souvent dans des conditions de travail difficiles... et tant d'autres ! Bien que je ne les connaisse pas - ou si peu ! - et que la plupart ne lira jamais ces lignes, je tiens à leur exprimer ma reconnaissance... et j'invite ceux qui me liront à entrer dans ce mouvement de reconnaissance...

Frère Christophe a écrit :
« Serviteur, oui, c'est un mot merveilleux Il me semble être embauché : à travers les mots passant par moi, relier ce monde à Toi Serviteur,  je remplirai ce cahier afin qu'il serve à donner joie et vie d'Alliance »

auteur

A son école, je tenterai de remplir ce site afin qu'il serve à donner joie et vie d'Alliance et je confie à Celui dont nous ne savons ni d'où Il vient, ni où Il va, de guider la navigation de ceux qu'Il Aime...

Première et troisième photos : photos grenier

Accueil       

Présentation grenier - cisterciens       
   
La pensée cistercienne :

Le message : l'amour, l'Incarnation, Marie, l'existence chrétienne
Le florilège : l'amitié,  le baiser, la joie, la miséricorde, la prière, le repos, le silence...

Un aujourd'hui de la vie cistercienne :
les evenements,
la lectio divina 
La liturgie

L'histoire du monachisme

contact - liens - notes

Liste des textes cités